Mon chien et ses fréquentations

     Après sa période suicidaire, mon chien commençait à ramener à la maison des renards, des blaireaux, des hyènes... Mon inquiétude grandit quand je vis débarquer Larusso sur le pas de la porte. Je me rappelle d'un soir où il avait organisé une enoooorme orgie dans sa niche, un magnifique F2 décoré et tout qui m'avait coûté 3 000 francs belges il y a 20 ans de cela. Et 3 000 francs belges, ça faisait beaucoup en ce temps... 3000 FB, ça fait... Euh.. 1 200 000 Pts (pesetas, l'ancienne monnaie espagnole)... 250 000 DH (dirhams, la monnaie actuelle du Maroc), ça fait encore... Euh... Environ 30 000 000 Sts (Sesterces - original -, l'ancienne monnaie romaine qui avais cours au nord de la Westphalie), mais aussi... Environ 300 PLTsRts (poulets rôtis)... Enfin bon, bref, trêve de plaisanteries de conversions dignes d'un trader, on va dire que c'était cher. D'ailleurs, je me souviens, j'avais dû garder les poules chez ma grand-mère pendant plus de trente-six heures sans interruption pour pouvoir réunir cette somme, mais bon, c'est une autre histoire !

     Pour en revenir à nos oignons, dans cette énorme fête se côtoyaient chiens gays et renards (chenapan, sacré fou, sacré vaurien) travestis. Parmi toute la racaille des basses-cours, un blaireau (apprivoisé) lui proposa un deal (son nom était Patrick, Patrick Deal's). Il s'investit dans le proxénétisme.

     Il allait recruter des petits chiots dans les pays de l'Est et les faisait bosser sur le trottoir. Il devint richissime, percevant 70 % du chiffre d'affaire des chiots. Sa fortune était tellement conséquente qu'on raconte qu'il aurait pu racheter Microsoft et la baraque de Bilou (avec toutes ses femmes). Il fut également mêlé dans des affaire politico-financières (c'est lui qui aurait acheté le Focéa).

     Un jour pourtant, il fut repéré par une femme d'honneur, ouais, celle de TF1. Il fut engagé dans une course poursuite dans les rues de Gircourt-sur-Durbion (d'ailleurs, il est passé dans "Plein les oeils"). Et là, c'est le drame. Traversant la rue de l'église à bord d'une 205 immatriculée en Zimbabwe du Nord, un voiture direction assistée et freinage au volant le faucha. J'étais dans le coin, car je m'amusais avec des potes à démonter les vitraux de l'église, parce qu'en ce temps, je n'étais encore qu'un enfant, et d'ailleurs j'ai fais bien pire : tenez, une fois... Hum, bon, mais c'est une autre histoire.

     J'assistai donc à l'accident de voiture de mon chien. Je me souviens encore du cri qu'il poussa, car je me sentais quelqu'un d'exceptionnel, et quoi de plus naturel aujourd'hui que de lui foutre une bonne claque dans la gueule tous les jours... Nan, je m'égare là ! Étalé sur la chaussée telle une crêpe par terre quand on a loupé la poêle, on le plaça dans une ambulance bleue qui le conduisit direct à l'hosto.

     Il en sortit une semaine plus tard avec une explosion de l'arcade sourcilière avec renforcement postérieur droit doublé d'une infection congénitale canine de sa mère. Ce qui ne l'empêcha pas d'être arrêté et condamné à des travaux d'intérêts généraux. Il fut finalement relâché plus tôt pour bonne conduite, après avoir balayé tous les trottoirs de Manille. Apparemment, la douleur de l'accident l'avait calmé pour un moment ! C'est ce que je croyais...

(A lire en écoutant une musique angoissante :) A suivre...

© MAJID & HIRWOON

Retour à la page précédente